» » » Énergie : ruinés avec notre consentement ?

Énergie : ruinés avec notre consentement ?

Belgique. Le gouvernement nous gratifie, exceptionnellement, d’un sondage sur notre futur énergétique. Je l’ai lu et me suis trouvé devant un véritable lavage de cerveau. On nous présente comme évidente la destruction de notre outil actuel de production d’électricité ! Cet outil, bon encore pour 40 ans, devrait être remplacé par d’autres outils. Nous n’en avons pas besoin, ils sont coûteux, dangereux, polluants même ! On ne nous présente pas le nouveau nucléaire belge qui consomme les déchets des réacteurs précédents et est sans le moindre danger !!

Bref, on nous « offre » un faux sondage pour un faux problème ! Et je précise quelques folies :

  • La Belgique était parfaitement autonome en production d’énergie. On veut la priver d’un retour à l’autonomie.
  • Cette autonomie peut rester souple comme jadis et le tarif peut baisser de 2 ou 3 fois !!
  • Une transition énergétique voulue par des politiciens incompétents a-t-elle un sens ? Cette « transition » fait déjà exploser les prix ! Qui pourra payer ? Pourquoi payer ?
  • L’État doit fixer des normes sensées, des normes de propreté, de santé. Ces normes doivent permettre de réduire les pollutions que nous subissons actuellement. L’État ne doit pas interférer dans les solutions.
  • Le chauffage de nos maisons pollue ! Il peut se faire entre autres grâce à la géothermie parfaitement propre. Les véhicules à carburant fossile polluent ! Ils doivent être bien filtrés… La propreté est possible sans nous ruiner : des filtres existent. Ces filtres ne sont guère utilisés. On préfère nous imposer des énergies « vertes » hyper coûteuses et polluant à leur manière. (1)
  • Les centrales nucléaires de la 4e génération mises au point en Belgique sont sans aucun danger, même en cas d’attaque terroriste ! Elles consomment les déchets des précédentes, sont propres, ne dégagent même pas de CO2. Plusieurs pays hors Europe de l’Ouest les développent pour leur intérêt réel, leur durabilité, leur propreté générale et leur prix raisonnable… Oui, il faut aussi tenir compte des progrès réalisés dans ce domaine.

Et il faut espérer que la presse nous instruise. C’est son rôle depuis qu’elle existe. Elle peut nous apprendre les caractéristiques de TOUTES les sources d’énergie disponibles actuellement. Ainsi, elle pourrait nous montrer le nucléaire de 4e génération, la géothermie, et même les dernières découvertes extraordinaires dans l’extraction du gaz et du pétrole de schiste. Renseigné dans tous ces domaines et émerveillé par les progrès réalisés ces dernières années, je dirai simplement : que le meilleur gagne et que mes concitoyens payent un juste prix pour l’énergie !

Revenons à ce « sondage ». Il nous présente une Belgique soumise aux « énergies alternatives ». On ne sait pas lesquelles, sans doute parce que 4 gouvernements — oui QUATRE — devraient se mettre d’accord ? Ce sondage nous prépare aux pénuries, aux tarifs en explosion sous prétexte de nous sauver de notre meilleur allié, le CO2. (2) Ce sondage présente même la disparition du nucléaire alors que le nucléaire ne produit pas la moindre trace de CO2. N’oublions pas que la Belgique mène la recherche MYRRHA à Mol qui peut nous offrir le nucléaire éternellement disponible et sans le moindre danger. Effectivement, il s’agit d’un vrai lavage de cerveau et nullement d’un sondage. Nous avons à choisir entre des solutions stupides ou carrément absurdes… toujours ruineuses pour le citoyen. Allons-nous accepter docilement de nous ruiner ?

(1) Ainsi, par exemple, les éoliennes — là où elles sont en nombre — sont accompagnées 100 % du temps de centrales thermiques voraces et donc hyper polluantes. Il existe des centrales thermiques peu polluantes mais pas assez souples pour pouvoir accompagner des éoliennes… Et on pollue plus avec, que sans éoliennes !!

(2) Le CO2 est nécessaire à la nature, il n’a RIEN à voir avec l’effet de serre. Cet « effet de serre lié à la production de CO2 par l’homme » est une invention du GIEC, invention sur base d’une expérience de Svante Arrhénius en 1896, correctement analysée par Thomas Allmendinger en 2016. QUI nous en parle ?

Source Claude Brasseur Le Peuple

A vous de partager !Email this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPrint this page

Répondre