» » » Chiara Petrillo, héroïque dans l’épreuve

Chiara Petrillo, héroïque dans l’épreuve

Posté dans : Campagne pour la Vie | 0

Le 13 juin 2017, l’Eglise a ouvert le procès en béatification de Chiara Corbella, morte en 2012. Mariée à Enrico Petrillo, cette jeune Italienne a perdu deux enfants à la naissance, puis a décidé de retarder le traitement de son cancer afin de ne pas mettre en danger son troisième enfant et le laisser naître à terme.

Lorsqu’on lit leur histoire écrite par leurs deux meilleurs amis, Simone Troisi et Cristiana Paccini,  Nous sommes nés et ne mourrons jamais plus (Artège), on ressent une singulière émotion, un peu comme lors de la lecture de la vie de la jeune Anne-Gabrielle Caron (1). D’une part, par la plongée au cœur de l’épreuve, car la souffrance n’est pas éludée, et il n’y a pas de Résurrection sans Passion ; et simultanément, la sensation de toucher une dimension qui n’est pas de ce monde, une grâce surnaturelle, un sentiment d’éternité. 

Mariés le 21 septembre 2008 à Assise, Chiara et Enrico ont vécu des fiançailles tumultueuses, marquées par des ruptures. En effet, Enrico vient de perdre son père et a eu peur de l’abandon et donc de l’engagement. Cette période de désert a été, selon eux, bien plus difficile que les épreuves qui suivront. Cela a aussi été l’occasion de prendre conscience qu’on ne peut posséder autrui et que rien n’est dû. Finalement, lors d’une marche vers Assise, Enrico demande Chiara en mariage. Elle a 24 ans et lui 29.

Très vite après leurs noces, alors que le couple s’est installé à Rome, ils apprennent qu’ils attendent un bébé. Lors d’une échographie, ils découvrent que leur petite fille est atteinte d’anencéphalie, c’est-à-dire qu’elle n’a pas de boîte crânienne et n’est pas viable. Pour les deux époux, il est hors de question d’avorter : ils veulent laisser leur fille, qu’ils nomment Maria Grazia Letizia, vivre jusqu’au bout.

« Elle a ouvert nos cœurs, racontera Enrico. La porte s’est ouverte et la grâce est entrée, le vrai amour, le sens de la vie, l’éternité. Maria Grazia Letizia a fait cela. » Les deux époux vivent la grossesse comme une grâce, et la naissance de leur fille est un grand moment de bonheur. Quarante minutes après sa naissance et son baptême, Maria Grazia Letizia naît au ciel. Enrico soulignera : « Quel est le but de notre vie sinon celui de rencontrer Jésus-Christ tôt ou tard. Je me demande où est sa malchance, car [Maria Grazia Letizia] est déjà là-bas… »

Quelques mois plus tard, Chiara et Enrico décident de débuter une nouvelle grossesse. à l’échographie, le diagnostic tombe : leur enfant à naître, qu’ils appellent Davide Giovanni, a également une malformation : il n’a pas de jambes… Malgré la douleur, les jeunes parents restent confiants, et ce d’autant plus qu’ils ont vécu une expérience proche et n’ont pas été déçus par l’aide de Dieu. Le bébé, baptisé in extremis, ne vit que trente-huit minutes. C’est encore un moment de tendresse, marqué par la joie.

Chiara écrit à propos de Davide : « C’est un petit enfant qui a reçu de Dieu un très grand rôle… celui de terrasser tous les Goliath qui sont en nous : abattre notre pouvoir de parents de décider sur lui et pour lui. (…) Il a abattu le désir de celui qui prétendait qu’il était le fils de la consolation, celui qui aurait fait oublier la souffrance de Maria Grazia Letizia. » Le jour des funérailles, ils accrochent un panneau avec des photos du jour de la naissance de Davide Giovanni, et ces mots : « L’important dans la vie n’est pas de faire quelque chose, mais de naître et de se laisser aimer. »

Quelques mois après, Chiara est à nouveau enceinte, cette fois d’un enfant en parfaite santé. Ils décident qu’il se nommera Francesco. Pendant la grossesse, la jeune femme sent un petit aphte sur la langue, qui grossit. En faisant une biopsie, c’est-à-dire un prélèvement sur la lésion, les médecins constatent qu’il faut retirer celle-ci en urgence. Une première intervention est faite, avec une anesthésie locale, afin de programmer la deuxième étape après l’accouchement. Chiara garde le sourire dans l’épreuve ; le matin de l’opération, Chiara et Enrico disent ensemble les laudes dans la chambre d’hôpital.

Les suites de l’opération sont difficiles pour la jeune femme, qui ne peut temporairement plus parler, a des difficultés à avaler et souffre beaucoup du fait de l’impossibilité de prendre des antidouleurs adaptés à cause de sa grossesse. Pendant quelques heures, elle se sent abandonnée de Dieu. Puis, voyant son mari plein d’amour, elle comprend que Dieu continue de l’aimer à travers celui qu’il a mis à ses côtés, ce qui met un terme à ces heures de détresse spirituelle.

Source Zélie

A vous de partager !Email this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPrint this page

Répondre